Recrutement

Nous recherchons des familles d’accueil par le biais :

  • des médias (journaux, télévisions locales,…) ;
  • d’affichage ;
  • du bouche à oreille ;
  • de nos familles d’accueil ;
  • des services collaborants ;
  • des administrations (communales, régionales,…).


     CCSJ: appel aux familles d'accueil 08/08/2013 CANALC




    Témoignage d’un couple namurois qui a franchi le pas. 04/11/2015 CANALC

     

Procédure d’agrément

Elle se déroule en plusieurs entretiens :

  • Réception des candidatures au sein de l’asbl. 
  • Premier entretien au CCSJ :
    une prise de contact, présentation du service et connaissance de la famille candidate.
  • Second entretien avec les candidats accueillants et l’ensemble de la famille :
    développement de l’histoire de vie de la famille et analyse des motivations.
  • Troisième entretien au domicile :
    Analyse de situations de terrain vécues par le service avec l’ensemble de la famille candidate.
    Visite du lieu de vie de l’enfant accueilli.

    Au terme de cette procédure, nous informons la future famille d’accueil de son agrément à la condition de disposer des documents légaux suivants :

    • une composition de ménage ;
    • des extraits de casier judiciaire n°2 vierges pour toutes les personnes âgées de 18 et + vivant sous le même toit;
    • un certificat médical signalant l’absence de maladie contagieuse et l’aptitude à l’accueil ;
    • copie de l’assurance familiale.

Notons qu’un agrément n’est jamais définitif et qu’à tout moment une famille d’accueil peut mettre un terme à sa collaboration avec notre service.

CCSJ peut procéder de la même manière lors des évaluations en accord ou non avec la famille d’accueil.

Quelques situations concrètes …

Première situation...

Eric, 2 ans et Lucie 3 mois … ont des parents très jeunes. La maman, mineure, est suivie par un service d’intervention éducative (SAIE).
Malgré le soutien du papa des enfants et du SAIE, la maman n’arrive pas à concilier sa vie d’étudiante, d’adolescente et celle de maman et de compagne.
Des conflits éclatent dans le couple, des situations de violence et de négligences vis-à-vis des enfants apparaissent …

Le SAJ nous fait la demande d’un hébergement provisoire, le temps d’apaiser la situation et de mettre des solutions en place. L’hébergement en famille d’accueil est organisé dans les 24h, avec encadrement de notre service.

Les enfants sont hébergés dans la même famille d’accueil. Chaque semaine, une visite est organisée à CCSJ entre Lucie, Eric et leurs parents. Ces derniers prennent des nouvelles par téléphone régulièrement.

Cette prise de recul a permis à la maman de trouver de nouvelles solutions, de renouer avec les grands-parents des enfants et ceux-ci acceptent de les seconder.
La maman a également accepté l’idée de confier ses enfants à une crèche la journée.

Avec l’accompagnement du SAJ et du SAIE, les parents ont reconstruit un réseau autour d’eux, pour les aider à élever Lucie et Eric.
Le Conseiller de l’aide à la jeunesse a donc décidé de laisser rentrer les enfants chez eux après 30 jours d’hébergement en famille d’accueil CCSJ.


Seconde situation...

Sonia, 13 ans … vit avec sa maman et son beau-père. Une éducatrice de l’école constate des comportements inquiétants de plus en plus réguliers … elle en parle avec Sonia et l’oriente vers le PMS qui la suit déjà.
Sonia craque, et parle des choses difficiles qu’elle vit à la maison et de l’attitude de son beau-père. L’école et le PMS décident d’interpeller le parquet qui saisira le juge de la jeunesse.

CCSJ est mandaté pour l’hébergement de Sonia en famille d’accueil pour une première période de 14 jours comme le prévoit la loi. L’hébergement a lieu dans les 3h qui ont suivi la demande du juge.
Cet hébergement sera prolongé car un retour de Sonia chez elle n’est pas envisagé. Il faut du temps pour que l’instruction suive son cours et que l’on trouve une institution d’hébergement à plus long terme pouvant prendre Sonia en charge.

Dans l’intervalle, une aide, via une équipe SOS enfants, a été organisée.

En conclusion, l’hébergement en famille d’accueil a permis l’apaisement et la mise en sécurité de Sonia, un accompagnement neutre par CCSJ dans les démarches complexes et difficiles de l’instruction mais aussi dans un processus de prise en charge à plus long terme.

Obligations des familles d’accueil

Lorsque la famille introduit une demande d’agrément nous entendons que :

  • l’engagement dans le projet soit celui de toute la famille et pas seulement un ou deux membres
    de celle-ci ;
  • de bénéficier d'un minimum de disponibilité ;
  • d’être à l’écoute du jeune ;
  • de disposer d’une chambre pour le jeune ;
  • de satisfaire à la procédure d’agrément engagée par le service.

Les familles que nous sélectionnons sont aptes à recevoir des jeunes en crise et sont capables d’observer :

  • la neutralité la plus absolue (non jugement, respect des idées philosophiques
    du jeune, respect de son origine ethnique,…) ;
  • le respect des limites du jeune : intellectuelle, comportementale, …. ;
  • le respect du projet du jeune et sa supervision par CCSJ ;
  • le respect des décisions des mandants et de CCSJ.
     

Familles accueillantes proposées par le mandant

Régulièrement, les familles en difficulté et les jeunes disposent de leurs propres ressources d’accueil.
Il serait dommage de ne pas les exploiter.
En parallèle, la famille élargie, les amis,…qui acceptent d’accueillir le jeune ou l’enfant ont besoin d’un accompagnement dans l’évolution du projet au sein duquel ils vont s’inscrire.

Les raisons en sont très diverses :

  • position de neutralité ;
  • nécessité d’un médiateur ;
  • situation trop lourde à clarifier isolément ;
  • limites par rapport à la famille naturelle ;
  • reconnaissance sociale (allocations familiales, dédommagement,…).

Dans l’esprit du décret de l’aide à la jeunesse de 1991, nous prenons en charge la guidance de jeunes hébergés dans la famille élargie pour 3 mois maximum. Cela implique de nouvelles notions quant à l’agrément des familles.
Nous n’acceptons pas le suivi du jeune dans ce type de famille sans un minimum d’investigations garantes de sa sécurité.
Avant acceptation du mandat, nous étudions la demande en fonction de notre projet pédagogique, nous rencontrons la famille naturelle, le jeune, la famille élargie, le mandant.
Comme pour les familles sélectionnées, nous demandons les mêmes documents légaux


Dans l’esprit du décret de l’aide à la jeunesse de 1991, nous prenons en charge la guidance de jeunes hébergés dans la famille élargie pour 3 mois maximum. Cela implique de nouvelles notions quant à l’agrément des familles.
Nous n’acceptons pas le suivi du jeune dans ce type de famille sans un minimum d’investigations garantes de sa sécurité.
Avant acceptation du mandat, nous étudions la demande en fonction de notre projet pédagogique, nous rencontrons la famille naturelle, le jeune, la famille élargie, le mandant.
Comme pour les familles sélectionnées, nous demandons les mêmes documents légaux

Cliquer sur l'image pour l'agrandir